Actualités

Visite officielle du Président de la République à l'occasion des journées commémoratives des martyrs de Tulle

 
 
Visite officielle du Président de la République à l'occasion des journées commémoratives des martyrs de Tulle

A l'occasion des journées commémoratives de juin 1944, le Président de la République François HOLLANDE s'est rendu à Tulle, mardi 9 juin 2015.

Il s'est d'abord rendu à la stèle Louisa Paulin pour y déposer une gerbe et se recueillir en présence de M. Bruno DELSOL, préfet de la Corrèze, Mmes Marie-Thérèse et Monique RATHONIE au nom du Comité des Martyrs, M. Bernard COMBES, maire de Tulle, Mme Sophie DESSUS, députée de la Corrèze, M. Gérard VANDENBROUCKE, président du Conseil régional du Limousin et M. Pascal COSTE, président du conseil départemental de la Corrèze.

Il a ensuite participé à la marche silencieuse à travers la ville jusqu'au Haut-lieu de Cueille où il s'est de nouveau recueilli après y avoir déposé une autre gerbe, présence des élus locaux, des familles des martyrs, des associations et représentants des anciens combattants, des élèves des écoles de Tulle, etc.

PR Cueille 2

Le drame de Tulle de juin 1944 :

Lorsque le débarquement des alliés débute en Normandie, la Résistance intérieure intensifie ses actions dans l'espoir d'une libération prochaine.

A tulle, les francs tireurs partisans attaquent la garnison allemande, et les combats se soldent par de nombreux tués de part et d'autre, dont des civils froidement abattus par les allemands.

Le 9 juin, en signe de représailles, les SS de la division Das Reich fouillent tous les quartiers de la ville et prennent en otages plusieurs centaines de tullistes âgés de 18 à 60 ans. Ces hommes sont parqués dans l'enceinte de l'ancienne Manufacture d'armes de Tulle au prétexte de "vérifications papiers" et vont faire l'objet d'une sélection préliminaire voulue par les autorités locales.

Les orages restants sont laissés au bon vouloir de l'officier Walter SCHMALD qui opère à son tour un "tri" abject à l'issue duquel 99 innocents sont désignés pour être pendus aux potences de fortune installées aux balcons des immeubles des rues adjacentes de la place de Souilhac.

PR Cueille 1

Les supplices se dérouleront sous le regard des autres otages ignorant eux-mêmes leur propre sort.

Les nazis ont un temps envisagé de jeter les cadavres des pendus dans la Corrèze avant que ne naisse dans leur esprit le choix tout aussi honteux des immondices communales sur le site de Cueille.

Le lendemain, 311 otages sont transférés à Limoges où un nouveau tri est opéré par la Gestapo et la Milice : 149 tullistes vont être déportés, 101 ne sont jamais revenus.