Charte pour l’abreuvement du bétail

 
 

Bertrand Gaume, préfet de la Corrèze, et Tony Cornelissen, président de la chambre d’agriculture de la Corrèze, ont signé, le 9 décembre 2016, une charte des bonnes pratiques pour concilier les besoins d'eau des élevages et la préservation des milieux humides et cours d'eau. 

L’eau est une ressource essentielle pour les territoires et il convient de veiller, par une gestion raisonnée, à préserver la qualité et la diversité des milieux aquatiques.

abreuvement

Fruit d’un travail engagé il y a plusieurs mois entre les services techniques des deux signataires, cette charte a pour objectifs de promouvoir les dispositifs d’abreuvement au pâturage et d’éclairer les éleveurs sur les solutions techniques à mettre en œuvre afin de permettre l’alimentation des animaux, et d’éviter l’accès direct du bétail aux cours d’eau.

Sur un plan pratique, la charte est adossée à un guide technique qui, outre un rappel utile de la réglementation, détaille les principaux dispositifs d’abreuvement, rappelle leurs avantages et prodigue des conseils d’aménagement en les illustrant par quelques exemples concrets déjà mis en œuvre en Corrèze.

Cette collaboration s’inscrit ainsi dans le cadre d’une démarche favorable :

- pour l’éleveur

  • qui assure l’alimentation en eau de son troupeau, s’exonérant ainsi de prélever sur le réseau d’eau potable et réduisant ses dépenses
  • qui améliore les conditions sanitaires d’alimentation en eau des animaux, favorisant ainsi leur bien-être
  • qui réduit le temps consacré à l’alimentation en eau lorsque les troupeaux sont au pâturage
  • qui évite le piétinement des animaux dans les cours d’eau et la détérioration des berges

- pour les citoyens et l’environnement

  • par la mise en place de solutions efficaces pour le respect de la ressource en eau
  • par une amélioration de la qualité des cours d’eau en éloignant les animaux des berges
  • par la limitation du recours à l’eau potable pour l’abreuvement des animaux
  • par l’amélioration de la qualité paysagère et de l’attractivité touristique de nos territoires