Circuler à vélo

 
Circuler à vélo

La route est un espace qui se partage, ce qui implique un respect mutuel de la part de ceux qui s’y déplacent.

Cyclistes et accidentalité en France :

Lors de la dernière enquête nationale déplacements en 2007-2008, le vélo représentait 2,7 % des déplacements pour une part de la mortalité routière de 3,4 %. Le risque pour un cycliste d’être tué par heure passée dans la circulation est trois fois plus élevé que pour un automobiliste, mais 10 fois moins élevé que pour un usager de deux roues motorisés.

Le risque d’être gravement blessé (M.AIS+3) est 16 fois plus élevé que pour un automobiliste , mais 7 fois moins élevé que pour un usager de 2RM. Les blessures les plus graves concernent les traumatismes de la tête. Un cycliste tué sur cinq est heurté par un poids-lourds, un autocar ou une fourgonnette en raison d’un problème d’angle mort.

En agglomération, les scénariis d’accident sont variés : faible perception du cycliste par le conducteur, mais aussi non-respect d’une règle par le cycliste ou le conducteur. Les principales difficultés rencontrées par les cyclistes en agglomération sont : le cisaillement de trajectoire , et les ouvertures de portières.

Hors agglomération, on retrouve les risques liés à la faible perception du cycliste par les conducteurs, jour ou nuit, des manœuvres de dépassement hasardeuses (dépassements rasants) et des vitesses d’approche excessives.

L’accidentalité des bicyclettes en Corrèze :

L’Observatoire départemental de la sécurité routière de la Corrèze a dénombré, tout mode de déplacement confondu, entre 2006 et 2015 (soit 10 ans), 2 663 accidents ayant fait 200 tués et 3 397 blessés dont 1 420 blessés hospitalisés.

Les accidents ayant impliqué un cycle sont au nombre de 123 pour la même période soit 4,6 %. Ces accidents ont provoqué la mort de 7 personnes et 123 blessés dont 49 blessés hospitalisés.

Voici ci-dessous la répartition du nombre d’accidents de cycle depuis 2006

Depuis 2012 le nombre d’accidents impliquant des cycles est en hausse.

Les principales données statistiques sont :

  •  34,1 % des accidents se produisent en intersection ou à proximité,
  •  10,6 % par mauvais temps,
  •  8,9 % à proximité d’une école,
  •  82,9 % en agglomération,
  •  85,4 % de jour,
  •  38 % des cyclistes portait un casque,
  •  4,1 % des accidents avec un conducteur ou véhicule en fuite,

76,1 % des impliqués sont des hommes :

La tranche d’âge des 45 – 59 ans représente 24,6 % des impliqués :

La répartition géographique des accidents impliquant un cycle :

Légende : Rouge : accident corporel impliquant un cycle / Jaune : autre accident corporel

32 % des cyclistes sont responsables de l’accident :

Les mois de juin et juillet sont les mois les plus accidentogène (26%) :

Points règlementaires

Le Code de la route s’applique aux cyclistes comme aux autres usagers. Chaque infraction est passible d’une amende.

Ne transportez pas de passager, sauf sur un siège fixé au vélo. Si le passager a moins de 5 ans, ce siège doit être muni de repose-pieds et de courroies d’attache.

Certains équipements de sécurité sont obligatoires :

Leur absence est passible d'une amende (article R239 du code de la route).

Éclairage : le "vélo" doit être doté d'un feu avant éclairant et d'un feu arrière rouge. Cet équipement est obligatoire de nuit et de jour en cas de mauvaise visibilité.

Signalisation sonore : Vous devez pouvoir signaler votre présence par un moyen sonore audible à 50 mètres au moins (timbre, avertisseur, grelot, etc.).

Signalisation visuelle : de jour comme de nuit, le cycle doit être équipé d'un dispositif réfléchissant (un rouge à l'arrière, un orange sur chaque pédale, et deux visibles latéralement). 

Freinage : chaque roue doit être équipée d'un dispositif de freinage.

Le port d’un gilet rétro-réfléchissant certifié est obligatoire pour tout cycliste (et son passager) circulant hors agglomération, la nuit, ou lorsque la visibilité est insuffisante.

Attention ! Ces règles sont applicables à tous les cycles, y compris aux vélos tout terrain, dont l'éclairage peut être amovible.

Attention ! L'absence de l'un de ces équipements constitue une contravention de 1ère classe passible d'une amende de 11 euros, majorée à 33 euros si elle est payée au-delà de 30 jours.

Le tourne à droite :

Les nouveaux modes de déplacement entraînent dans la circulation urbaine d'importantes mutations. Une nouvelle signalisation permet désormais aux maires d'autoriser les cyclistes, dans certains carrefours, à tourner à droite ou à aller tout droit lorsqu'il n'y a pas de voie à droite alors que le feu est rouge, en respectant la priorité accordée aux autres usagers, et principalement aux piétons. Cette possibilité ressort des dispositions de l'arrêté du 12 janvier 2012, paru au journal officiel du 27 janvier, qui a créé cette nouvelle signalisation.

‼ La mise en place de cette mesure n'est absolument pas une obligation pour les collectivités locales.

‼ Le "tourne-à-droite" n'autorise jamais à aller tout droit.Toute infraction pour franchissement de feu rouge est passible d'une amende de 4ème classe, soit 135euros.Toute infraction à la règle du "cédez-le-passage" est également passible d'une amende de 4ème classe, soit 135euro.

‼ Une mesure dangereuse ? : L'expérimentation du "tourne-à-droite cycliste", menée dans plusieurs villes de France sur des carrefours choisis, a apporté des résultats positifs et a démontré que, dans des configurations sécurisées, cette pratique ne présentait pas de danger particulier, ni pour les cyclistes, ni pour les autres usagers. La mise en place de la nouvelle signalisation ne sera envisagée que sur des intersections où elle n'est pas susceptible de présenter de risque pour les usagers. Le "tourne-à-droite" ne remet pas en question l'importance des feux tricolores et tout l'enjeu en termes de sécurité routière attaché au respect de son signal, et en particulier au respect de l'obligation d'arrêt au feu orange et rouge.

‼ La nouvelle signalisation concerne uniquement les cyclistes. Elle ne s'applique en aucun cas aux conducteurs de véhicules à moteur (deux-roues motorisés par exemple).

‼ Le cycliste a cependant l'obligation de respecter le principe de prudence à l'égard des piétons en s'arrêtant pour les laisser passer, y compris dans les intersections où la signalisation lui donne la possibilité de franchir le feu alors qu'il est orange ou rouge.

Un vélo en bon état et bien équipé contribue à garantir votre sécurité ainsi que celle des autres usagers de la route.

Les règles élémentaires de sécurité

En ville
  •  Circulez sur le côté droit de la chaussée, à environ 1 mètre du trottoir et des voitures en stationnement. 
  • Osez occuper la chaussée lorsque le dépassement de votre vélo par une voiture s’avère dangereux.  Utilisez, lorsqu’elles existent, les bandes ou pistes et doubles-sens cyclables. 
  • Gardez une distance de sécurité de 1 mètre au moins par rapport aux autres véhicules. 
  • Ne zigzaguez pas entre les voitures. 
  • Aux intersections, placez-vous un peu en avant des véhicules pour vous faire voir. 
  • Faites attention aux portières qui s’ouvrent brusquement et aux enfants qui peuvent déboucher entre deux véhicules. 
  • Ne circulez pas sur les trottoirs. Seuls les enfants à vélo de moins de 8 ans y sont autorisés.
  • Dans les zones de rencontre ne circulez pas à plus de 20 km/h et respectez la priorité du piéton. Dans les zones 30 et les zones de rencontre, les vélos peuvent circuler dans les deux sens. Le double sens vous permet de bénéficier d'une meilleure visibilité et d'éviter les grands axes de circulation, de simplifier les itinéraires.
  • A une intersection, ne vous positionnez jamais le long d’un camion ou d’un bus, en dehors du champ de vision du conducteur. Faites-vous voir.
Sur la route
  •  Ne roulez pas trop près de l’accotement, pour éviter les ornières ou gravillons. 
  • Dans les virages, serrez à droite car les voitures ne vous voient qu’au dernier moment. 
  • Soyez particulièrement prudent lors du passage d’un camion : l’appel d’air risque de vous déséquilibrer. 
  • Si vous roulez en groupe, roulez à deux de front ou en file indienne. La nuit, en cas de dépassement par un véhicule ou lorsque les circonstances l’exigent (chaussée étroite, etc.), placez-vous systématiquement en file indienne. 
  • Si votre groupe compte plus de dix personnes, scindez-le.
N’oubliez pas !
  •  A une intersection, ne vous positionnez jamais le long d’un camion ou d’un bus, en dehors du champ de vision du conducteur. Faites-vous voir.
  •  En cas d’intempéries, augmentez vos distances de sécurité et soyez prudent lorsqu’un véhicule vous double.

Vos contacts

  •  Cédric VERLINE - Chef de projet sécurité routière, directeur de cabinet du préfet
  •  François-Xavier Charvet - Coordinateur sécurité routière, chef de la mission éducation et sécurité routières à la DDT
     Tél. 05.55.21.80.13
     Courriel : francois-xavier.charvet@correze.gouv.fr
  •  Alain LACHAUD - Coordinateur sécurité routière adjoint, adjoint au chef de la mission éducation et sécurité routières à la DDT
     Tel : 05.55.21.83.70
     Courriel : alain.lachaud@correze.gouv.fr
  •  Sébastien ISSARTIER - Chargé de l'observatoire départemental de l'insécurité routière et du suivi des contrôles sanctions automatisés à la DDT

      Tel : 05.55.21.80.61

      Courriel : sebastien.issartier@correze.gouv.fr